Fix sur toutes les page

raouraoua-600x338

Les présidents des ligues régionales et de wilayas sont solidaires avec Mohamed Raouraoua qui pour le moment n’a pas l’intention de briguer un troisième mandat à la tête de la FAF, après les attaques qu’il a subies ces derniers temps, notamment de la part du ministre de la Jeunesse et des Sports. Raouraoua qui accorde désormais la priorité à son poste au niveau du Comité exécutif de la CAF dont le congrès électif est prévu à la mi-mars en Éthiopie, ne cesse de recevoir des messages de soutien de la part des présidents des clubs qui s’inquiètent pour l’avenir de la FAF en cas de son départ. L’inquiétude est plus grosse encore chez les présidents des ligues qui menacent, aux dernières nouvelles, de se retirer en bloc en cas de retrait de Raouraoua qui les a réunis, hier, au Centre technique national de Sidi Moussa, après la dernière réunion statutaire du Bureau fédéral. Raouraoua attend un signe des hautes autorités du pays pour prendre une décision finale. Les louanges adressées au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans le communiqué du Bureau fédéral sont perçues par les observateurs avertis comme un appel du pied au Premier Magistrat du pays. Il est vrai que le poste de président de la FAF est devenu carrément un poste politique depuis la fameuse épopée d’Omdourman et la dimension qu’a prise la sélection nationale et le football en général dans notre pays. Les prochaines semaines seront chaudes et décisives pour Raouraoua.

Pour rappel, le dernier délai pour le dépôt des candidatures est fixé au 12 mars, à une semaine de l’AG élective programmée, elle, pour le 20 mars.




Dans article au dessus de vos réactions

Vos réactions